S

Liens de la barre de menu commune

L'état des lieux 2010


1. Introduction

Le Canada s'est assez bien sorti de la crise financière. Cependant, avant de pousser un soupir de soulagement, la population canadienne doit se préparer à s'attaquer aux défis structurels à long terme en ce qui concerne l'économie. La force relative de notre dollar canadien présente des défis pour les exportateurs, mais réduit le coût de l'importation de biens avancés pour les entreprises canadiennes. La croissance de la productivité est essentielle pour que la population active vieillissante et réduite puisse réussir dans l'économie mondiale hautement intégrée et concurrentielle. L'innovation est toujours importante puisqu'elle peut aider à relever ces défis.

La croissance annuelle de la productivité de la main-d'œuvre au Canada (production par heure travaillée) a ralenti et est demeurée inférieure à 1 % pendant la plus grande partie de la dernière décennie. Selon l'Institut européen d'administration des affaires (INSEAD), le Canada se classe au 95e rang sur 132 pays pour ce qui est de la croissance de la productivité de la main-d'œuvre. Selon l'International Institute for Management Development (IMD) à Lausanne, en Suisse, le Canada arrive 45e sur 58 pays. La mauvaise position du Canada aux classements internationaux de la croissance de la productivité est en partie attribuable au fait que les pays en développement ont un beaucoup plus grand potentiel de croissance rapide de la productivité en raison de la convergence technologique et de leur faible productivité de départ. Parmi les 33 économies avancées du classement de l'IMD, la croissance de la productivité au Canada se place au 24e rang. La productivité du Canada continue d'accuser un retard malgré les réformes macroéconomiques censées améliorer la performance économique, et les économistes disent de plus en plus que le manque d'innovation au Canada contribue aux mauvais résultats sur le plan de la productivité.

Certains pays ont déployé des efforts pour mieux comprendre comment se produit l'innovation. Au Canada, les conclusions de l'étude pilote Enquête sur l'innovation et les stratégies d'entreprise (EISE) effectuée en 2009 font actuellement l'objet d'une analyse, et certains des résultats figurent dans ce rapport. Les premières statistiques détaillées et officielles des États-Unis sur l'innovation ont été publiées à la fin de 2010. Le groupe d'experts sur la mesure de l'innovation convoqué par la commissaire européenne chargée de la recherche, de l'innovation et de la science a publié un rapport en septembre 2010. Le Groupe d'experts a présenté deux options. La première était une liste de trois indicateurs de l'innovation : les demandes de brevets pondérées en fonction du produit intérieur brut (PIB), le pourcentage d'emploi pour les activités à forte intensité de savoir, ainsi que le pourcentage de la valeur des biens de moyenne et de haute technologie par rapport aux exportations et aux importations. La seconde était la part des entreprises innovatrices à croissance rapide dans l'économie.

Le rapport L'état des lieux en 2010 du CSTI débute par des commentaires sur les progrès accomplis depuis le rapport L'état des lieux en 2008, suivi d'un résumé des progrès pour les indicateurs clés présentés dans le rapport. La troisième section propose une liste de 20 indicateurs qui serviront à mesurer le rendement en matière d'innovation à l'avenir. Ces mesures permettraient d'évaluer les facteurs de production de l'innovation, y compris le talent et la R-D, ainsi que les variables de substitution pour les produits de l'innovation, comme les marques de commerce et les licences. Idéalement, ces indicateurs permettraient aussi d'évaluer le degré de collaboration entre les différents éléments du système d'innovation. À des fins de comparaison future, un indicateur pourrait être fondé sur les composantes de la balance des paiements à forte intensité technologique du Canada, et comprendrait les transactions internationales pour l'utilisation de brevets, de licences, de marques de commerce, de concepts, de services techniques et de R-D industrielle à l'étranger. Dans l'ensemble, cette courte liste d'indicateurs pourrait servir de point de référence commun pour les différentes parties du système d'innovation.

La quatrième section présente un examen des progrès accomplis au chapitre de la mesure de l'innovation, et la cinquième section illustre les mouvements de fonds entre les sources et les acteurs de la R-D. La sixième section contient des précisions sur une liste plus longue d'indicateurs de l'innovation d'entreprise, du développement et du transfert des connaissances, ainsi que du talent.