S

Liens de la barre de menu commune

L'état des lieux en 2012

Annexe B : Glossaire


APPRENTISSAGE INTÉGRÉ AU TRAVAIL : Expériences d’emploi des étudiants qui intègrent une expérience pratique en milieu de travail à l’apprentissage en classe ou aux programmes d’étude.

BIENS INCORPORELS : Actifs qui n’ont pas de représentation physique ni financière. Les biens incorporels sont aussi appelés « actifs cognitifs » ou « capital intellectuel ». Ils désignent le plus souvent la recherche-développement, le personnel clé et les logiciels.

CAPITALISATION BOURSIÈRE : Prix de l’action multiplié par le nombre d’actions en circulation. Aussi appelée valeur marchande.

CAPITAL DE RISQUE : Forme spécialisée de capital d’investissement privé, caractérisée principalement par des investissements à haut risque dans de nouvelles entreprises ou de jeunes entreprises en croissance dans le secteur technologique et d’autres secteurs à valeur ajoutée.

CLASSIFICATION DES NIVEAUX D’ENSEIGNEMENT  : La classification des niveaux d’enseignement est basée sur la nouvelle Classification internationale type de l’éducation (CITE 2011) :

  • DEUXIÈME CYCLE DE L’ENSEIGNEMENT SECONDAIRE : En règle générale, les élèves sont censés avoir accompli neuf années d’études ou achevé l’enseignement secondaire du premier cycle avant d’accéder à ce niveau.
  • PREMIER CYCLE ET DEUXIÈME CYCLE (MAÎTRISE) UNIVERSITAIRES : Programmes classés par l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) comme des programmes d’enseignement tertiaire de type A, ou CITE 5A. Programmes largement théoriques qui visent à préparer les étudiants à accéder à des programmes de recherche de haut niveau ou à l’exercice de professions exigeant un niveau élevé de compétences comme la médecine, la dentisterie ou l’architecture. La durée de ces programmes est d’au moins trois années (mais plus souvent quatre années ou plus) d’études à temps plein. Ces programmes ne sont pas exclusivement proposés dans des établissements universitaires; en outre, tous les programmes reconnus au niveau national comme programmes universitaires ne remplissent pas nécessairement les critères pour être classés dans les programmes d’enseignement tertiaire de type A. Les programmes d’enseignement tertiaire de type A comprennent les programmes de deuxième cycle, comme les programmes de maîtrise.
  • NIVEAU COLLÉGIAL : Programmes classés par l’OCDE comme des programmes d’enseignement tertiaire de type B, ou CITE 5B. Les programmes sont généralement plus courts que ceux de type A et sont axés sur l’acquisition des compétences pratiques, techniques et professionnelles dont les étudiants ont besoin pour entrer immédiatement dans le marché du travail, bien que certaines bases théoriques soient parfois couvertes dans ces programmes. La durée de ces programmes est d’au moins deux années d’études à temps plein au niveau tertiaire.
  • TROISIÈME CYCLE (RECHERCHE AVANCÉE) : Programmes classés par l’OCDE comme des programmes de recherche avancée, ou CITE 6. Ces programmes mènent directement à un diplôme de recherche avancée, souvent un doctorat. La durée théorique de ces programmes est de trois ans, à temps plein, dans la plupart des pays (pour une durée totale cumulée d’au moins sept ans en équivalent temps plein au niveau tertiaire), bien que la durée d’inscription dans le programme soit généralement plus longue. Ces programmes sont consacrés aux études supérieures et à des travaux de recherche originaux.

DÉPENSES INTÉRIEURES BRUTES DE RECHERCHE-DÉVELOPPEMENT (DIRD) : Dépenses intra-muros totales de recherche-développement menée sur le territoire national pendant une période donnée.

DÉPENSES INTÉRIEURES BRUTES DE RECHERCHE-DÉVELOPPEMENT DU SECTEUR DES ENTREPRISES (DIRDE) : Activités de recherche-développement (R-D) menées par les entreprises, peu importe l’origine du financement. Il ne faut pas confondre les dépenses en R-D des entreprises avec le financement de la R-D par les entreprises, qui comprend tout le financement en R-D effectué par le secteur des entreprises, que la R-D soit menée par l’industrie, par le secteur de l’enseignement supérieur, par le secteur public ou par d’autres secteurs de l’économie.

DÉPENSES INTRA-MUROS DE RECHERCHE-DÉVELOPPEMENT DU SECTEUR DE L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR (DIRDES) : Recherche-développement menée par le secteur de l’enseignement supérieur.

DÉPENSES INTRA-MUROS DE RECHERCHE-DÉVELOPPEMENT DU SECTEUR DE L’ÉTAT (DIRDET) : Recherche-développement menée par le secteur de l’État.

FINANCEMENT DE LA RECHERCHE-DÉVELOPPEMENT DES ENTREPRISES : Financement total de la recherche-développement (R-D) effectué par le secteur des entreprises, que la R-D soit menée par l’industrie, par le secteur de l’enseignement supérieur, par le secteur public ou par d’autres secteurs de l’économie. Il ne faut pas confondre le financement de la R-D des entreprises avec les DIRDE, qui couvrent les activités de R-D menées par les sociétés, peu importe l’origine du financement.

INDICATEURS BIBLIOMÉTRIQUES : Méthode mathématique et statistique servant à analyser différentes caractéristiques des articles scientifiques évalués par les pairs qui sont publiés dans les revues spécialisées internationales.

INDICATEURS BIBLIOMÉTRIQUES D’INCIDENCE  : Mesure de l’influence des chercheurs par le décompte des citations d’articles.

INDICATEURS BIBLIOMÉTRIQUES DE QUANTITÉ  : Mesure de la productivité des chercheurs, en valeur absolue, par le nombre d’articles.

INDICATEURS BIBLIOMÉTRIQUES STRUCTURELS  : Mesure de la collaboration entre les chercheurs de différents pays au moyen de publications conjointes internationales.

INNOVATION : Processus par lequel les particuliers, les entreprises et les organismes mettent au point, maîtrisent et utilisent de nouveaux produits, concepts, procédés et méthodes, qui peuvent être nouveaux pour eux, voire pour leur secteur, leur pays ou le monde. Les composantes de l’innovation sont la recherche-développement, l’invention, l’investissement en capital, la formation et le perfectionnement professionnel.

INTENSITÉ DES DÉPENSES INTÉRIEURES BRUTES DE RECHERCHE-DÉVELOPPEMENT (DIRD) : Rapport des DIRD à une mesure de production, généralement le produit intérieur brut (PIB). Aussi appelée ratio DIRD-PIB.

INTENSITÉ DES DÉPENSES INTÉRIEURS BRUTES DE RECHERCHE-DÉVELOPPEMENT DU SECTEUR DES ENTREPRISES (DIRDE) : Rapport des DIRDE à une mesure de production, généralement le produit intérieur brut (PIB). Aussi appelée ratio DIRDE-PIB.

INTENSITÉ DES DÉPENSES INTRA-MUROS DE RECHERCHE-DÉVELOPPEMENT DU SECTEUR DE L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR (DIRDES) : Rapport des DIRDES à une mesure de production, généralement le produit intérieur brut (PIB). Aussi appelée ratio DIRDES-PIB.

INVESTISSEUR PROVIDENTIEL : Personne bien nantie, active dans le financement par capital de risque, qui participe généralement aux premières étapes du développement d’une entreprise.

LICENCE : Autorisation écrite permettant au client d’utiliser la propriété intellectuelle de l’établissement contre des droits ou une autre contrepartie, par exemple une participation dans l’entreprise.

MACHINES ET MATÉRIEL (MM) : Ils comprennent le matériel de transport et d’autres MM, excluant ceux acquis par les ménages à des fins de consommation finale.

MARQUE DE COMMERCE : Mot, symbole ou autre marque utilisés par une société pour distinguer ses produits et services de ceux que d’autres offrent sur le marché.

OPTION : Droit de négocier l’octroi d’une licence.

PRIX CONSTANTS : Ensemble commun de prix utilisé pour établir la valeur des produits d’une entreprise ou d’une économie sur des périodes successives.

PRIX COURANTS : Mesure des quantités économiques à l’aide des prix en vigueur à un moment donné.

PRODUCTIVITÉ : La productivité correspond à la quantité totale de biens et de services produite dans un pays pour chaque facteur de production, comme la main-d’oeuvre, le capital ou les terrains.

PRODUCTIVITÉ DE LA MAIN-D’OEUVRE : La productivité correspond à la quantité totale de biens et de services produite dans un pays pour chaque facteur de production, comme la main-d’oeuvre, le capital ou les terrains. La mesure la plus courante de la productivité est la productivité de la main-d’oeuvre, qui évalue la quantité de biens et de services produite par la main-d’oeuvre en une heure.

PRODUCTIVITÉ TOTALE DES FACTEURS (PTF) : La productivité correspond à la quantité totale de biens et de services produite dans un pays pour chaque facteur de production, comme la main-d’oeuvre, le capital ou les terrains. La PTF mesure l’efficience de l’utilisation des facteurs de production combinés du capital et de la main-d’œuvre dans le processus de production. Elle tient compte de facteurs comme les améliorations technologiques, les économies d’échelle, l’utilisation des capacités et les compétences en gestion.

PRODUIT INTÉRIEUR BRUT (PIB) : Valeur totale des biens et services finaux produits au sein d’un pays pendant une période donnée (généralement une année civile). Le PIB est exprimé en prix courants ou constants.

PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE : Concept juridique qui désigne les créations de l’esprit (par exemple les découvertes et les inventions) dont les droits exclusifs sont octroyés à leurs auteurs. Les droits de propriété intellectuelle comprennent entre autres les droits d’auteur, les marques de commerce et les brevets.

RECHERCHE ET DÉVELOPPEMENT (R-D) : Selon le Manuel de Frascati (2002) de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), la R-D englobe trois activités : « La recherche fondamentale consiste en des travaux expérimentaux ou théoriques entrepris principalement en vue d’acquérir de nouvelles connaissances sur les fondements des phénomènes et des faits observables, sans envisager une application ou une utilisation particulière. […] La recherche appliquée consiste en des travaux originaux entrepris en vue d’acquérir des connaissances nouvelles. Cependant, elle est surtout dirigée vers un but ou un objectif pratique déterminé. […] Le développement expérimental consiste en des travaux systématiques fondés sur des connaissances existantes obtenues par la recherche et/ou l’expérience pratique, en vue de lancer la fabrication de nouveaux matériaux, produits ou dispositifs, d’établir de nouveaux procédés, systèmes et services, ou d’améliorer considérablement ceux qui existent déjà202

RÉSIDENT PERMANENT : Personne qui a immigré au Canada mais qui n’a pas encore la qualité de citoyen canadien. Le résident permanent jouit de certains droits et privilèges au Canada, et ce, même s’il demeure citoyen de son pays d’origine. Afin de maintenir son statut, le résident permanent doit respecter certaines obligations de résidence.

RESSOURCES HUMAINES EN SCIENCES ET EN TECHNOLOGIE (RHST) : Personnes ayant fait des études complètes au niveau tertiaire dans les domaines des sciences ou de la technologie (S-T), ou exerçant des professions en S-T qui exigent habituellement de hautes qualifications; elles possèdent un fort potentiel d’innovation.

SECTEUR DE L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR : Composé de toutes les universités, de tous les collèges de technologie et de tous les autres établissements d’enseignement postsecondaire, peu importe leurs sources de financement ou leurs statuts juridiques. Il comprend également tous les instituts de recherche, les stations d’essais et les centres hospitaliers qui travaillent sous le contrôle direct des établissements d’enseignement supérieur ou qui sont administrés par ces derniers ou leur sont associés.

SYSTÈME DE CLASSIFICATION DES INDUSTRIES DE L’AMÉRIQUE DU NORD (SCIAN) : Ce système classe les industries en fonction de leur principale activité économique. Le manuel SCIAN, élaboré par les gouvernements du Canada, du Mexique et des États-Unis, est entré en vigueur en janvier 1997.

TAUX DE POSTES VACANTS : Le nombre de postes vacants divisé par la demande de main-d’oeuvre totale, c’est-à-dire la somme des postes occupés et vacants. Il correspond à la proportion des postes non pourvus par rapport à l’ensemble des postes salariés disponibles.

TRANSFERT DES CONNAISSANCES : Processus de transfert du savoir d’une organisation à une autre dans un but de commercialisation ou dans l’intérêt du public. Il englobe un continuum d’activités qui touchent l’ensemble des secteurs et des intervenants de l’écosystème des sciences, de la technologie et de l’innovation, dans le cadre desquelles des connaissances sont échangées entre ceux qui les développent et ceux qui les transforment en produits, en services ou en innovation.

TRANSFERT DE CONNAISSANCES PAR TRACTION DE LA DEMANDE : Modèle de transfert de connaissances dans lequel les universités et les autres organismes de recherche sont sollicités par l’industrie afin de trouver des solutions à des problèmes de production ou d’innovation.

TRANSFERT DE CONNAISSANCES POUSSÉ PAR L’OFFRE  : Modèle de transfert de connaissances dans lequel les établissements d’enseignement supérieur transfèrent leurs inventions à des sociétés existantes ou à de nouvelles entreprises par l’octroi de licences ou l’essaimage de leur propriété intellectuelle.

VALEUR AJOUTÉE BRUTE : Valeur des produits moins la valeur de la consommation intermédiaire. Il s’agit d’une mesure de la contribution au produit intérieur brut faite par un producteur individuel, par une industrie ou par un secteur.


202OCDE, Manuel de Frascati : Méthode type proposée pour les enquêtes sur la recherche et le développement expérimental, Paris, 2002, p. 34.